Attaque de Rambouillet : deux cousins de l’assaillant libérés

0
90

Pour l’instant, il n’y a plus aucune garde à vue en cours dans l’enquête sur l’attaque du commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines. Attaque qui a fait une victime, une fonctionnaire de police de 49 ans, vendredi 23 avril. Selon les dires d’une source judiciaire à l’Agence France-Presse, mercredi, les deux dernières gardes à vue en cours dans l’affaire ont été levées. Les deux cousins de Jamal Gorchene, ce ressortissant tunisien à l’origine de l’attaque, ont ainsi été remis en liberté dans la soirée de mardi. Ils ne font pas l’objet de poursuites judiciaires à ce stade, a précisé cette source. Les deux cousins de l’assaillant avaient été interpellés au cours du week-end dernier, dans le cadre de l’enquête menée par le Parquet national antiterroriste.

Le père de Jamel Gorchene ainsi qu’un couple qui avait domicilié administrativement l’auteur de l’attaque avaient également été placés en garde à vue avant d’être relâchés, mardi pour le premier, dimanche pour le couple. Jamel Gorchene, un ressortissant tunisien de 36 ans titulaire d’une carte de séjour, a mortellement poignardé à la gorge une fonctionnaire de police, Stéphanie Monfermé, dans l’entrée du commissariat de Rambouillet vendredi en début d’après-midi. Il a été tué par les tirs d’un policier.

Une radicalisation de l’assaillant « peu contestable »

Ce chauffeur-livreur était dépourvu de casier judiciaire et inconnu des services de renseignement et de la justice. Mais son mode opératoire correspond aux appels récurrents du groupe État islamique (EI) à s’attaquer aux forces de l’ordre.

À LIRE AUSSIRambouillet – « Une peur omniprésente » pour les femmes policières

Selon le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard, l’auteur, dont la radicalisation était « peu contestable », présentait « certains troubles de la personnalité ». Les enquêteurs ont retrouvé dans son téléphone portable des images à caractère pornographique impliquant des transsexuels et des mineurs, a-t-on appris mardi auprès d’une source proche de l’enquête.

À LIRE AUSSIRougier : « Nous avons affaire à un nouveau type de violence djihadiste »




Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here