L’ex-cheffe du Parquet national financier porte plainte pour dénonciation calomnieuse

0
2

Les règlements de comptes se poursuivent au Parquet national financier (PNF). Alors que le Premier ministre Jean Castex a saisi le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) des cas de Patrice Amar, premier vice-procureur financier, et d’Éliane Houlette, patronne du PNF de 2014 à 2019, cette dernière a décidé de contre-attaquer et a déposé une plainte pour dénonciation calomnieuse contre Patrice Amar.

Comme l’a révélé Le Point, Patrice Amar a écrit une lettre à la procureure générale de Paris en janvier 2019 afin de lui faire part des soupçons qu’il nourrissait à l’égard de sa propre cheffe. Le magistrat y écrivait, sans toutefois apporter la moindre preuve, qu’Éliane Houlette pourrait être indirectement la taupe de Nicolas Sarkozy, celle qui le renseignait sur des procédures judiciaires en cours le concernant.

Comment ? Via sa fille, avocate, qui travaillait à l’époque dans le cabinet de Patrick J., lequel était en contact avec un autre avocat, Pierre-François Veil, un proche de Thierry Herzog, l’avocat de l’ancien chef de l’État. Une hypothèse hasardeuse ? Pas selon Amar, qui notait dans sa missive : « J’insiste sur le fait qu’il ne s’agit là, bien sûr, que d’une supposition, même si j’ai la conviction qu’elle est hautement probable et la plus vraisemblable. »

À LIRE AUSSIEXCLUSIF. Ce que contient le rapport de l’Inspection contre l’ex-patronne du PNF

« Devoir de loyauté »

La procureure générale de Paris avait alors balayé ce grief, lui faisant cette réponse : « Je me dois d’attirer une nouvelle fois votre attention sur la gravité des accusations ou suspicions dont vous avez souhaité me faire part, tout en reconnaissant verbalement ne disposer d’aucune preuve, et de vous rappeler dans ces conditions à vos obligations déontologiques, notamment à votre devoir de loyauté à l’égard de votre chef de juridiction. »

« Dans le souci de ne pas porter atteinte à la réputation du Parquet national financier et à l’intérêt supérieur de la justice, Madame Houlette s’est abstenue d’engager une action pour dénonciation calomnieuse à l’encontre de son collègue, écrit son avocat, Me Versini-Campinchi. Toutefois, la publicité récente donnée à cette publication et, en particulier, la mise en cause de sa probité à travers le soupçon, exposé par Monsieur Amar, qu’une information secrète relative à l’affaire dite des “fadettes” aurait été transmise aux personnes mises en cause par l’intermédiaire d’un avocat du cabinet au sein duquel exerçait en 2014 sa fille, la conduit à déposer la présente plainte. »

À LIRE AUSSIPNF : enquête sur le parquet le plus puissant de France

Et Me Versini d’asséner : « La dénonciation de Patrice Amar à la procureure générale sur le fondement de l’article 40, qui n’est corroborée par aucun élément probant, est nécessairement calomnieuse. Elle n’a d’intérêt que par la mise en cause qu’elle produit à l’encontre de Madame Houlette, afin de lui nuire. »




Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here