Carlos : « C’est mon père qui a dirigé ma vie, pas ma mère ! »

0
119

Dans une époque sombre et déprimante, il est un remède à la morosité. « Faut rigoler. » Avec ses airs entraînants et souriants, Carlos, chanteur pour les moins de vingt ans, redonne le sourire en parlant de la météo, en évoquant son « papayou » ou en invitant les Français à être « tout nu, tout bronzé ». En 1992, dans Le Bar de la plage, l’émission de Thierry Ardissondisponible sur le site INA ArdiTube –, l’amuseur public numéro un revient sur son enfance passée sur la Côte d’Azur.

Carlos, de son vrai nom Jean-Chrysostome Dolto, a grandi entre Antibes et Juan les Pins, place forte de la jet-set avant l’avènement de Saint-Tropez. Son père, un médecin, décide d’acheter en viager la maison du baron de Ville-d’Avray, alors malade. « Mon père va si bien le soigner que le baron va vivre jusqu’à 97 ans… Pendant 22 ans, nous avons vécu dans la cave de la maison que l’on avait achetée », rigole le chanteur, qui explique avoir été marqué davantage par son père que par sa mère, la célèbre psychanalyste Françoise Dolto.

À LIRE AUSSIÉducation : Françoise Dolto, trente ans après

« C’est mon père qui a dirigé ma vie. Ce n’est pas ma mère. Tout le monde dit que je suis le fils de Françoise Dolto, mais ma mère n’a jamais fait de psychanalyse avec nous », révèle-t-il. Un jour, son père part à la pêche. Le jeune enfant, il a alors dix ans, ne se réveille pas et tente de rattraper à vélo son père. « Je fonce au port et je me casse la gueule sur les remparts d’Antibes. J’ai fait une chute de six-sept mètres et je vois le film de ma vie en couleur. Je me voyais mourir. Finalement, je me suis cassé les deux jambes. » Une des séquelles de cet accident ? « Je suis devenu gros. J’ai grossi. Je ne sais pas si c’est glandulaire ou psychosomatique. J’étais fin, je suis devenu graisseux. » Avant de déclarer son amour à l’eau : « J’adore la mer. Quand tu es dans l’eau, c’est comme si tu étais dans le ventre de ta mère. » Quoi qu’il en dise, Françoise Dolto n’est jamais très loin…

Un extrait à découvrir :




Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here