Bruno Genesio est le nouvel entraîneur du Stade rennais

0
125

Une page se tourne en Bretagne. Plombé par une mauvaise série de résultats (une seule victoire en 2021 et une élimination précoce en Coupe de France), Julien Stéphan – qui avait proposé sa démission après la défaite de son équipe contre Nice (2-1) vendredi 26 février – a été remplacé par Bruno Genesio sur le banc du Stade rennais Football Club (propriété d’Artémis, qui possède également Le Point). Un nouveau défi pour l’ancien joueur et entraîneur de l’Olympique lyonnais, libre depuis le début de l’année après un an et demi au Beijing Guoan, en Chine. Il arrivera chez les Rouges et Noirs après le match face à l’Olympique lyonnais mercredi, comptant pour la 28e journée de Ligue 1.

À 54 ans, Bruno Genesio devient le nouvel entraîneur rennais jusqu’à la fin de la saison. C’est une vieille connaissance de Florian Maurice, directeur sportif du club breton, qui débarque en terres bretonnes après le départ surprise de Julien Stéphan. Les deux hommes se sont rencontrés en 2009, lorsque Florian Maurice avait intégré la cellule de recrutement de l’OL, avant d’en devenir le responsable en 2014. Avant cela, Bruno Genesio avait fait ses débuts – et non ses preuves – comme coach sur les bancs des clubs amateurs de Villefranche-sur-Saône et de Besançon. Un parcours atypique et semé d’embûches, qui ne l’a pas franchement aidé à se bâtir une image de gagnant. Avec Villefranche, Bruno Genesio n’était pas parvenu à maintenir le club en CFA et a plongé en DH, tandis qu’à Besançon il fut limogé après seulement huit mois.

Un jeu porté vers l’offensive

Pourtant, l’ancien milieu de terrain des Gones (1985-1995) était finalement parvenu à rejoindre le staff de son club de cœur, l’Olympique lyonnais, en 2005, avant d’en devenir l’entraîneur principal (2015-2019). Le style Genesio ? C’est une équipe qui cherche son salut par un jeu très porté vers l’offensive. Avec plus de deux buts marqués en moyenne par match en Ligue 1, son OL était alors l’équipe la plus prolifique depuis le début des années 2000. Mais les failles dans le secteur défensif ont en revanche été considérables et son style de jeu s’est révélé bien souvent trop déséquilibré. Dès lors, si, la première année, le Gone était parvenu à redresser la situation du club au départ d’Hubert Fournier et à offrir la place de dauphin aux Rhodaniens, les deux saisons qui s’ensuivirent furent bien plus mouvementées.

À LIRE AUSSIFootball : « Mon Petit Gazon » ne connaît pas la crise

Entre 2016 et 2017, Lyon ne remporte que la moitié de ses confrontations, toutes compétitions confondues, et termine quatrième du championnat. L’année d’après, l’OL arrache sa place sur le podium lors de son dernier match de la saison et, par la même occasion, sa qualification directe pour les phases de poules de la C1. Enfin, pour son dernier tour de piste, il mène le club rhodanien sur le podium et signe une superbe performance en remportant sa double confrontation (une victoire, un nul) contre le Manchester City de Guardiola. Toutefois, son palmarès demande encore à s’étoffer ; Bruno Genesio n’a effectivement remporté aucun titre en tant qu’entraîneur principal si ce n’est l’Eusébio Cup (compétition amicale) en août 2018.



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here