Marseille : des impacts de balles relevés sur la façade d’une école

0
32

Mardi 2 février au matin, les 220 élèves de l’école Saint-Joseph Les Lilas de Marseille n’ont pas retrouvé le chemin des cours. L’établissement, situé dans le 13e arrondissement de la ville, a fermé ses portes la veille, après que des impacts de balles ont été relevés sur une vitre du bureau de la directrice lundi 1er février, explique Marsactu. Selon France 3, des impacts auraient également été découverts sur le mur de la loge de la gardienne. « Trois étuis de cartouches de fusil de chasse ont également été découverts dans la cour », assure une source policière. 

De quoi pousser l’équipe enseignante à exercer son droit de retrait. « C’est la troisième fois que des tirs sont dirigés vers cette école en 18 mois, les enseignants sont régulièrement la cible de menaces verbales », rapporte Sébastien Fournier, secrétaire départemental du SNUIPP-FSU, à France 3. « Nos collègues sont en danger et ce n’est plus soutenable. La question est de savoir si l’on peut encore vivre et enseigner aux Lilas », ajoute-t-il auprès de Marsactu.

Selon lui, le droit de retrait des enseignants aurait été retoqué par l’académie d’Aix-Marseille. « Les enseignants ont décidé de poursuivre le mouvement jusqu’à ce qu’un représentant du rectorat vienne les rencontrer et les écouter, soutenus par les parents d’élèves », assure le syndicaliste. Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté urbaine de la division Nord. Des policiers sont venus faire des prélèvements lundi 1er février, puis des CRS sont venus sécuriser l’établissement dans l’après-midi. Pour les parents d’élèves, il ne faut pas chercher bien loin pour expliquer la présence des impacts de balles dans un quartier gangréné par le trafic de drogue. 

Cible collatérale « d’un jeu stupide » ?

« Depuis le confinement, les guetteurs sont tout autour de l’école, ils insultent les enfants, leur font des gestes obscènes, et leur montrent ostensiblement leurs armes et font mine de les viser », assure la mère d’un élève. Marion Bareille, maire (LR) des 13e et 14e arrondissements, appelle à un « retour de l’ordre » dans un communiqué relayé sur les réseaux sociaux. « N’attendons pas qu’un drame survienne des solutions existent et pourraient être mises en place rapidement », déclare-t-elle, alors qu’elle a sollicité la mairie centrale de la ville pour davantage sécuriser les abords de l’école. 

Interrogé par France 3, Patrick Longuet, commissaire divisionnaire de la division Nord, a fait savoir que les patrouilles de police allaient être renforcées autour de l’établissement. « A ce stade de l’enquête, l’arme utilisée semble démontrer que l’école serait plutôt un dommage collatéral d’un jeu stupide plutôt que la cible directe », a-t-il fait savoir, précisant qu’il « n’y a pas forcément de lien à faire entre la présence des guetteurs et les tirs ». Reste à voir si ce discours suffira à faire revenir les professeurs sur leur décision dans les jours à venir. 




Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here