Un quart des espèces d’abeilles n’ont pas été signalées depuis 1990

0
75

Les abeilles ne semblent pas être au meilleur de leur forme. Selon une étude publiée dans la revue One Earth, et relayée notamment par le quotidien anglais The Guardian, le nombre d’espèces d’abeilles signalées dans la nature a drastiquement chuté au cours des dernières décennies. L’alarmant rapport explique ainsi qu’il y avait environ 25 % d’espèces en moins qui ont été déclarées entre 2006 et 2015 par rapport aux années qui ont précédé 1990.

Cette observation, faite à partir des données du « Global Biodiversity Information Facility » (une base en ligne qui met à disposition toute l’information connue sur la biodiversité), ne signifie pas forcément que certaines abeilles ont disparu de la nature. Mais elle peut indiquer qu’elles sont devenues extrêmement rares. « Ce n’est pas encore un cataclysme, mais ce que nous pouvons dire, c’est que les abeilles sauvages ne sont pas vraiment florissantes », explique Eduardo Zattara, un des principaux auteurs de l’étude publiée dans One Earth.

« Les abeilles ne peuvent pas attendre »

Toujours selon The Guardian, les auteurs de l’étude ont constaté que ce déclin n’était pas réparti de manière équitable entre les différentes familles d’abeilles. Les signalements d’abeilles halictes, la deuxième famille la plus commune, ont diminué de 17 % depuis les années 1990. De leur côté, les mélittidés, une famille plus rare, ont été largement moins aperçus au cours des dernières décennies (leurs signalements ont baissé de plus de 41 %).

À LIRE AUSSIDes abeilles pour servir le pastis !

Cependant, il est précisé dans l’étude que le manque de données concernant les espèces dans les pays tropicaux ne permet pas aux scientifiques d’établir une observation exacte du déclin des abeilles à l’échelle mondiale – les données présentes dans le « Global Biodiversity Information Facility » sont en grande majorité celles de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Mais pour Eduardo Zattara, « quelque chose arrive aux abeilles et il faut faire quelque chose ». « Il faut pousser les décideurs à agir pendant qu’il nous reste du temps. Les abeilles ne peuvent pas attendre », alerte-t-il.



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here